A.J. Finn, Chronique livres, Enquête, Lecture, Partenariat, Suspense, Thriller, Thriller psychologique

Chronique Lecture : La femme à la fenêtre

Auteur: A.J. Finn
Edition: Les presses de la Cité
Catégorie : Thriller / Suspense
Sortie : 08.02.2018
Ma note : 17/20

synopsis

Elle a tout vu, mais faut-il la croire ?

Séparée de son mari et de leur fille, Anna vit recluse dans sa maison de Harlem, abreuvée de merlot, de bétabloquants et de vieux polars en noir et blanc. Quand elle ne joue pas aux échecs sur internet, elle espionne ses voisins. Surtout la famille Russel (un père, une mère et un adorable ado), qui vient d’emménager en face. Un soir, Anna est témoin d’un crime. Mais comment convaincre la police quand on doute soi-même de sa raison ?
chronique

Anna notre personnage principal, vit recluse dans son appartement depuis presque une année. Victime d’un stress post-traumatique ayant causé une sévère agoraphobie, un syndrome d’enfermement, elle vit donc seule dans un grand appartement séparée de son mari et de sa petite fille. Elle est donc malgré elle, enfermée comme prisonnière de sa propre maison et de son propre esprit. Son entourage est très restreint, il se limite à la visite à domicile de son psychiatre, sa physiothérapeute et son locataire au sous-sol, David. Son repas favori, des cachets en tout genre et du vin, du merlot de préférence, un superbe mélange pour avoir l’esprit bien clair me direz-vous. Ses journées sont sombres et mornes, cela se limite à jouer aux échecs en ligne, visionner de vieux films en noir et blanc et échanger avec des internautes ses conseils. Ne pouvant plus exercer ses fonctions de pédopsychiatre, elle souhaite en effet rester utile et donner un coup de pouce aux agoraphobes qui souffrent de leur situation, ironique non ?

Mais sa distraction favorite reste l’espionnage de ses voisins, et surtout la nouvelle famille, les « Russel » qui vient d’emménager en face, un couple et un adolescent. Elle les espionne nuit et jour et va même leur inventer des prénoms, imaginer leur vie dans les moindres détails grâce à l’objectif de son appareil photo. Anna observe la vie de ceux qui l’entourent, une façon pour elle d’être connectée avec l’extérieur, jusqu’au jour où elle voit l’impensable, un crime à été commis devant ses yeux. Anna n’est pas crédible. Elle est alcoolique, shootée aux bêtabloquants. Qu’a-t-elle réellement vu?Doit-on la croire ? Doit-elle se croire ? Pourtant peu de temps après les inspecteurs lui présente sa voisine tout ce qu’il y a de plus vivante ! Alors que s’est-il passé ? Est-ce une histoire tout droit sorti de son imagination ?

« Je me penche vers la vitre, colle mon œil au viseur. Je ne discerne d’abord qu’un fond noir et flou, puis Jane apparaît – silhouette légèrement brouillée. Je fais la mise au point. Voilà, à présent elle est nette. Je distingue même son médaillon, qui brille sur sa gorge. Elle plisse les yeux, la bouche grande ouverte. Fend l’air de son index à plusieurs reprises. Une mèche folle lui retombe sur la joue. »

L’auteur fait preuve d’une grande maîtrise lorsqu’il nous décrit les émotions d’Anna. Son personnage est très intéressant, on est vraiment immergé dans sa folie, ses obsessions. Je m’y suis terriblement attachée malgré que ce soit encore un personnage submergé par le mélange des médicaments et de l’alcool. C’est sûr que malgré son métier qui impose du respect, son portrait est loin d’être glorieux. C’est une héroïne complètement paumée, qui a tout perdu et qui tente, par tous les moyens, d’oublier l’échec de son mariage. La solitude et la réclusion la poussent en quelque sorte à chercher une raison de vivre, une sorte de vie par procuration. Elle enchaîne les faux-pas et accumule les bourdes, comment la croire quand elle raconte qu’un meurtre a eu lieu en face de chez elle ? Ses délires d’ivrogne la rendent pathétique mais aussi terriblement humaine et réaliste et c’est bien là la principale qualité de ce thriller !

J’ai été passionnée par la vie de cette femme, Anna, qui a une psychologie particulièrement intéressante et que l’auteur nous livre avec parcimonie mais efficacité, j’ai adoré. Je suis moi-même agoraphobe, a un stade clairement moins avancé c’est sûr mais j’avais l’impression de ressentir certaines de ses phobies de ressentiments face à la vie extérieure. Les autres personnages sont importants aussi puisqu’ils permettent de nous guider sur certaines pistes mais ils laissent suffisamment de place pour le doute. Alors qui croire d’autant plus que chaque personnage est soupçonnable.

A.J Finn est vraiment malin et joue avec nos nerfs. Il sème le doute dans l’esprit du lecteur. Anna est-elle folle ? Dit-elle la vérité ? Les rebondissements se multiplient, les révélations sont fracassantes et son dénouement absolument imprévisible ! C’est ça que j’ai vraiment apprécié, je n’ai pas vu venir la fin même si j’avais des doutes sur les personnages mis en cause. De plus, deux intrigues sont distinctes dans ce roman, en plus de savoir si le crime à vraiment eu lieu, on veut connaître pourquoi Anna est victime d’un syndrome post-traumatique, que c’est il passé dans sa vie pour en arriver là. Et je peux vous assurer qu’on est loin du compte pour deviner ces propos.

« J’ai besoin d’étudier la question avant d’agir. Je n’ai pas le droit à l’erreur, parce que je n’ai pas d’alliés. Ou peut-être en ai-je un. Un seul. Je ne le solliciterai cependant pas tout de suite. Pour le moment, c’est impossible. Il faut que je réfléchisse. « 

Avec son premier roman, A.J Finn a fait une entrée fracassante dans le monde du thriller. La Fox est déjà en train de l’adapter pour le cinéma et je vous avoue que j’ai déjà hâte de voir le film et ressentir toutes les émotions que le livre m’a procurées.
Concernant la plume de l’auteur, une centaine de page en moins aurait permis d’élaguer les passages trop longs, en effet certains moments m’ont ennuyés et c’est le point négatif que je reproche à ce livre. La description de l’état d’Anna est devenue quelques fois répétitives au point d’être lassantes. Cependant, l’écriture est fluide et directe avec un style simple mais assez visuel, maitrisé ce qui donne du vivant à l’histoire avec une très bonne intrigue.

Est-ce que c’est un coup de cœur malgré tout ? Honnêtement, je dirais que non. J’avais en effet lu des avis tellement élogieux sur ce roman que je m’attendais vraiment à quelque chose de prodigieux. La note de 17/20 est donc méritée et j’ai pris un grand plaisir à lire cet auteur.
conclusion

Ce livre est un peu lent à démarrer mais dès que c’est parti c’est un excellent page-turner. Un thriller psychologique qui m’a fait douter, réfléchir et je n’ai pas pu trouver l’intrigue finale. Une histoire classique mais qui fonctionne et un texte qui a été très addictif. Une fois commencé, vous n’arriverez plus à vous arrêter.



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s