Chronique livres, Coup de coeur, Enquête, Guillaume Musso, Lecture, Littérature Contemporaine, Meurtre, Policier, Suspense, Thriller

Chronique lecture : La jeune fille et la nuit

Auteur: Guillaume Musso
Edition: Calmann-Lévy
Catégorie : Littérature contemporaine, Thriller
Pages : 440
Sortie : 24.04.2018
Ma note : 18/20
synopsis
A ne pas lire si tu ne veux pas être spoiler !

Un campus prestigieux figé sous la neige
Trois amis liés par un secret tragique
Une jeune fille emportée par la nuit

Côte d’Azur – Hiver 1992

Une nuit glaciale, alors que le campus de son lycée est paralysé par une tempête de neige, Vinca Rockwell, 19 ans, l’une des plus brillantes élèves de classes prépas, s’enfuit avec son professeur de philo avec qui elle entretenait une relation secrète. Pour la jeune fille, « l’amour est tout ou il n’est rien ».
Personne ne la reverra jamais.

Côte d’Azur – Printemps 2017

Autrefois inséparables, Fanny, Thomas et Maxime – les meilleurs amis de Vinca – ne se sont plus parlé depuis la fin de leurs études. Ils se retrouvent lors d’une réunion d’anciens élèves. Vingt-cinq ans plus tôt, dans des circonstances terribles, ils ont tous les trois commis un meurtre et emmuré le cadavre dans le gymnase du lycée. Celui que l’on doit entièrement détruire aujourd’hui pour construire un autre bâtiment.

Dès lors, plus rien ne s’oppose à ce qu’éclate la vérité.
Dérangeante
Douloureuse
Démoniaque…
chronique
Mai 2017. Manon Agostini, une jeune policière municipale se rend à une soirée pour fêter les 50 ans du lycée qu’elle à fréquenté à l’époque. Durant son trajet, la centrale l’appelle et lui demande d’aller inspecter une zone en urgence car des coups de feu ont été entendu. Arrivé sur place, une femme est morte en contrebas des rochers de la plage d’Antibes. Un homme est là, désespéré, avouant son crime. « C’est moi qui ai fait ça. » dit-il en pointant du doit le cadavre. Mais ce jeune homme ne lui ai pas inconnu. Qui est-il ? Que c’est il donc passé ? Pourquoi ce crime à été commis ?

Au même endroit, 25 ans plus tôt. Vinca Rockwell, jeune lycéenne va faire le mur pour rejoindre son amour, Alexis au bord de la plage aux rochers escarpés. Elle sait que c’est une bêtise, elle a un mauvais pressentiment mais rien ne lui empêchera de voir son âme sœur. C’est la dernière nuit où on l’a vue, depuis elle est portée disparue. Que s’est-il passé ce soir là ? Est-elle encore vivante ?

« En ce mois de décembre 1992, j’avais quitté depuis longtemps les rives du simple sentiment amoureux pour dériver vers le territoire de la passion. Et la passion n’a rien à voir avec l’amour. La passion est un no man’s land, une zone de guerre bombardée, située quelque part entre la douleur, la folie et la mort »

Avant de démarrer ma lecture, j’ai fais le choix de ne pas lire le résumé pour me laisser porter par le roman (et qu’est ce que j’ai bien fait, je vous en reparle de suite). Durant les premiers chapitres, j’ai clairement eu de la peine à retenir toutes les dates. Le mélange de la nouvelle histoire, des personnages ainsi que les dates et moments de la journée ont eu raison de moi. J’aime savoir ce que je lis car sinon je ne me sens pas imprégnée, et pour cette histoire j’ai du faire un petit point sur papier pour m’y retrouver. Une fois que tout était au clair dans ma tête, la lecture à été vraiment très agréable et je n’ai plus eu de mal avec du trop plein d’information.

Justement, parlons en de l’écriture de Guillaume Musso, sa plume est tellement addictive, fluide et agréable à lire que j’ai dévoré les pages sans m’en rendre compte. Il y a toujours de jolis clins d’œil aux faits d’actualité, c’est ce qui en fait un si bon roman contemporain avec beaucoup de réalisme. Il y a de la description ce qui nous permet de nous situer parfaitement dans le lieu sans en faire trop et que cela devienne ennuyeux. J’ai été un peu déçue des deux derniers romans mais dans celui-ci je retrouve mon auteur chouchou que j’ai adoré depuis la lecture de « Seras-tu là ? ».

« Je n’assistais pas à ses cours, mais je l’entendis avoir cette formule dans le bureau de ma mère : « Ne nous abaissons pas à fréquenter la médiocrité, car c’est une maladie contagieuse. » Je trouvai du réconfort dans cette sentence, et pendant longtemps, elle me servit de référence au moment de prendre certaines décisions. »

On n’est pas dans l’attente tout au long du roman, à ne pas savoir qui est impliqué, à faire durer le suspense car les premiers éléments déclencheurs clés arrive dans le premier quart du livre. Cela rend l’intrigue encore plus intéressante, plus forte. Il y a une double énigme à résoudre et on se pose sans cesse la question «  Mais qu’est ce qu’il c’est passé cette nuit là ? ».

Au fur et à mesure que les révélations arrivent, on se fait notre propre scénario, sur ce qui s’est réellement passé. On mène notre propre enquête et j’ai vraiment adoré me plonger comme une enquêtrice hors pair dans ce roman. J’ai d’ailleurs halluciné toute seule car je m’étais fait un film très précis d’une hypothèse pour le meurtre selon les éléments que l’auteur nous avait donné et deux pages après, Thomas et Maxime font exactement la même hypothèse au fil de la discussion que moi il y a quelques minutes. J’avais à cet instant précis l’impression que l’auteur jouait avec nous, qu’il menait nos pensées du bout de ses lignes et ça à rendu l’enquête encore plus réaliste et on se dit que cette enquête ne sera pas aussi facile que ça.

« Jean-Christophe Graff s’était suicidé en 2002. Déjà quinze ans. Pour moi, il représentait une nouvelle victime de la malédiction des gentils. Cette loi injuste, ce sale destin qui accablait certaines personnes un peu trop fragiles qui avaient comme seul tort d’essayer de bien se comporter avec les autres. Je ne savais plus qui avait prétendu que les hommes ne reçoivent du destin que ce qu’ils sont capables d’endurer, mais c’était faux. Le plus souvent, le destin est un salopard pervers et vicieux qui prend son pied en broyant la vie des plus faibles alors que tant de connards mènent une existence longue et heureuse »

On arrive enfin au gros coup de gueule de ce roman. Mais c’est quoi ce résumé qui spoil beaucoup trop à mon goût. Heureusement j’ai lu le résumé quand j’étais à la moitié du roman et je n’ai donc pas eu le malheur d’en savoir déjà trop avant d’avoir commencé. Certains éléments sont dévoilés qu’au tiers du roman environ. Je ne vais pas en dire plus pour ne rien révéler mais pour ceux qui ont lu le roman vous comprendrez très bien de quoi je parle.

L’intrigue monte crescendo, dès qu’on pense que le mystère est résolu, un autre encore plus énorme apparaît et on est surpris par tous ces rebondissements. Quand on pense que l’histoire en vrai ne dure que 48 heures, c’est dingue ce qui peux se passer en ce temps si court. Pour dire deux mots sur la conclusion, je l’ai l’adoré ! Tout est bien pensé, tout les éléments sont liés et tout devient soudain tellement logique qu’on se demande comment on est passé à côté de cette solution. Pourtant une fois que l’énigme est révélée, on se rend compte qu’au fil de la lecture, l’auteur nous a semés plein de petits indices qu’on n’a même pas décelés.
conclusion
Cette lecture à frôler le coup de cœur. J’ai passé un merveilleux moment avec un auteur que je chéri depuis des années maintenant. Un conseil important si vous souhaitez le lire, ne lisez pas le résumé qui spoil beaucoup trop l’histoire à mon goût. Laisser vous juste porter par ce mystérieux thriller contemporain. Des personnages complets et attachants. Une intrigue et beaucoup de rebondissements, bref un très bon Musso !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s