Barbara Abel, Challenge, Chronique livres, Lecture, Pocket, Suspense, Thriller, Thriller psychologique

Chronique lecture : Derrière la haine #TheBlackNovember

Derrière la haine.jpg
Auteure : Barbara Abel

Saga : Derrière la haine – Tome 1

Edition : Fleuve Noir
Catégorie : Thriller
Mots clés : Roman Noir, Vengeance, Voisins, Enfants, Amitié, Famille, Psychologie, Nature Humaine, Deuil, Jalousie, Paranoïa, Huis-clos
Pages : 315
Sortie : 12.04.2012
Ma note : 17/20synopsis

D’un côté, il y a Tiphaine et Sylvain ; de l’autre, il y a Laetitia et David. Deux couples voisins et amis, ayant chacun un enfant du même âge. Deux couples fusionnels et solidaires qui vivent côté à côte dans une harmonie parfaite. Jusqu’au jour du drame. Un tragique accident fait voler en éclats leur entente idyllique, et la cloison qui sépare leurs maisons tout comme la haie qui sépare leurs jardins ne seront pas de trop pour les protéger les uns des autres. Désormais, les seuls convives invités à la table des anciens amis s’appellent Culpabilité, Suspicion, Paranoïa et Haine…

chronique

J’ai beaucoup entendu parler de ce roman, toujours en très positif, ça fait déjà un petit moment que je souhaite le lire mais vous savez bien ce que c’est, on l’oublie dans sa pile à lire, on le remplace par un autre roman ou par une nouveauté et du coup on ne le lit jamais. Quand j’ai vu le challenge « The Black November », c’était le moment idéal pour le glisser dans ma liste des lectures.

Dans ce roman, on va suivre deux couples voisins de la même génération avec chacun un petit garçon du même âge. Le démarrage est un peu lent car on va suivre la rencontre entre les deux familles et les prémices de leur grande amitié. On pose les bases, le contexte, mais franchement ça passe encore assez bien, il n’y a pas trop de descriptions et les personnages deviennent attachants. On attend avec impatience l’évènement tragique qui va bouleverser les deux clans. Dès cet instant, on se plonge dans le roman pour n’en sortir le nez qu’après avoir lu le dénouement final qui est surprenant et à la hauteur de ce que j’attendais.

«Ce constat l’attrista, mais plus encore que ses propres regrets, la jeune femme réalisa que le drame qui avait frappé ses amis avait irrémédiablement creusé un fossé entre eux. Un fossé qui ne serait jamais plus comblé. Le malheur est un fardeau qui, à l’inverse du bonheur, ne se partage pas. »

Derrière la haine est un thriller un peu particulier, il n’y a pas de tueur en série, de meurtre ou d’enquête à proprement parlé. Malgré ces points, ce roman ne manque pas de frissons, de suspense et nous procure quand même quelques sueurs froides. On est plus dans un thriller psychologique face aux réactions et à la nature humaine. Comme quoi on ne connait pas vraiment les gens qui nous entourent.

Je me suis facilement identifiée à la famille de Laetitia, non pas que je me reconnais dans son personnage mais car j’ai une relation d’amitié très forte avec ma voisine de palier, on est de la même génération,  on est toutes les deux au rez-de-chaussée et nos jardins sont séparés par une haie, exactement comme dans le roman. Beaucoup de similitudes pour que je m’imprègne complètement de l’histoire à la place de notre protagoniste.

«Leurs voisins constituaient désormais une menace pour eux. Et la proximité de leurs domiciles respectifs ajoutait encore au danger qu’encourait leur enfant. Ce qui auparavant faisait leur force était à présent devenu la plus inquiétante de leurs faiblesses. »

Le point qui m’a le plus plu dans ce livre c’est la plume de Barbara Abel, que je découvre avec cette histoire. La lecture était fluide et agréable, j’ai vraiment apprécié son style d’écriture sans trop de descriptions mais suffisamment pour se faire une image du couples et de la maison mitoyenne dans laquelle ils vivent. La tension monte tout à coup dès l’élément déclencheur  et reste palpable durant le reste de la lecture.

L’auteure a bien joué avec nos émotions car je ne savais plus à qui je pouvais faire confiance. On se dit qu’on se fait des films comme Laeticia que tout est extrapolé, qu’on a qu’un seul son de cloche, qu’on est un peu parano ou que c’est juste des coïncidences. Mais qu’est ce qui est vrai ? On exploite dans ce roman beaucoup d’émotions, de méfiance envers nos voisins, même si on a confiance, on ne sait jamais qui on peut avoir en face de nous. Si la relation est saine ou toxique.

« Nous tenons chacun le destin de l’autre dans notre main. Il peut briser ma vie, je peux anéantir la sienne. Nous sommes désormais néfastes l’un pour l’autre. »

Après, pour tout vous dire, je n’ai pas trouvé ce thriller haletant, il se distingue plus sur le côté humain, comment des amis peuvent se déchirer suite à un événement tragique.

« L’amitié est une force dont nul ne peut prétendre pouvoir se passer. On a besoin d’amis, comme on a besoin de manger, de boire ou de dormir. L’amitié, c’est un peu la nourriture de l’âme : elle ravitaille le cœur, elle sustente l’esprit, elle nous comble de joie, d’espoir et de paix. Elle est la richesse d’une vie. Et le gage d’une certaine idée du bonheur. »

conclusion

Même si la lecture est très bien et agréable, je n’ai pas eu un coup de cœur, je ne pense pas que je vais me souvenir de l’histoire dans plusieurs mois. Mais je lirais avec plaisir le tome 2 car j’ai du mal à imaginer la suite, je veux donc voir que l’auteure nous propose, si c’est une suite directe ou pas.

Le passé a parfois une fâcheuse tendance à être trop présent.

SIGNATURE

1 réflexion au sujet de “Chronique lecture : Derrière la haine #TheBlackNovember”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s